jeune salope sexe salle de sport

L’après-midi a commencé comme tous les autres jeudis. Kate (Catherine mais elle déteste ce prénom) trottine d’une station à l’autre sur le sentier qui traverse le complexe d’appartements où elle habite. C’était son itinéraire du mardi et du jeudi et elle s’est penchée pour remettre sa chaussure en place avant de continuer à contourner la courbe du bâtiment et de se rendre à la station de pompes.

Elle détestait les pompes. En trottinant sur place, elle contempla le panneau indiquant la méthode suggérée. D’habitude, elle se contente d’utiliser l’herbe pour faire 20 pompes. Le complexe dispose d’un large banc en bois avec une barre en métal située à environ un pied au-dessus de l’extrémité du panneau. De toute évidence, elle devait saisir la barre et s’agenouiller sur le banc, puis se soulever et s’abaisser, suspendue dans l’air. Elle renifle. Comme si cela allait se produire. Elle était plus en sécurité sur l’herbe.

C’est le gémissement qui a attiré son attention en premier. Un gémissement profond, celui d’un homme. Elle a penché la tête pour regarder derrière le panneau. Il y avait un appartement dont la moustiquaire de la porte coulissante était ouverte. Un autre gémissement. Elle se demanda si quelqu’un était malade. Elle s’est approchée prudemment du demi-mur qui entoure le petit patio. En jetant un coup d’œil à la porte, elle a d’abord vu l’écran de télévision et sa bouche s’est ouverte.

Sur l’écran, une femme suçait la plus grosse et la plus sombre des bites qu’elle ait jamais vue. Un frisson l’a parcourue lorsque la femme l’a presque avalée en entier et Kate a eu la gorge nouée en imaginant ce qu’elle aurait ressenti avec une telle gorge profonde. Elle s’est rapprochée et a vu l’homme sur le canapé. Il portait un tee-shirt et un jean, mais sa braguette était ouverte et sa main pompait sa bite au même rythme que la femme à la télévision. Son cœur s’est resserré et elle a frissonné à nouveau, sentant de l’humidité entre ses cuisses. Il a gémi, sa main se déplaçant un peu plus vite et sa bouche est devenue sèche. Sa main glissa inconsciemment le long de son ventre et sous la taille de son short.

“Je ne pense pas que ce soit un exercice approuvé”. La voix masculine derrière elle la fit grincer et tourner sur elle-même. Un grand blond se tenait appuyé sur le panneau push-up.

“Je…Il…Je…” Les mots ne venaient tout simplement pas, surtout quand ses yeux ont fait un long balayage nonchalant de son corps. Elle a jeté un coup d’œil vers le bas et a rougi. Foutu spandex. Ses tétons étaient durs et bien visibles, pressés contre son soutien-gorge de course. Si elle n’avait pas déjà été un peu en sueur, elle imaginait qu’il aurait pu voir l’humidité sur son short aussi.

“Je ne pense pas qu’il puisse t’aider”, poursuit l’homme avec un petit signe de tête en direction de l’appartement, “il a l’air d’être un peu occupé”. Elle a jeté un coup d’œil par-dessus son épaule et sa bouche s’est à nouveau ouverte. Une femme nue était maintenant agenouillée entre les jambes de l’homme, sa bouche sur sa bite, ses mains dans ses cheveux alors qu’elle avalait son érection. Kate déglutit difficilement, incapable de détacher ses yeux du couple.

Des mains ont glissé sur ses hanches et elle a commencé, tournant la tête. Le blond se tenait juste derrière elle et ses grandes mains la maintenaient en place tandis qu’il souriait. “Je peux quand même t’aider”, a-t-il dit, “j’ai tout le temps libre dont tu as besoin”. Kate a commencé à tirer pour se dégager, mais ses mains étaient fortes et tenaient bon.

“Je vais crier”, a-t-elle murmuré. Il s’est contenté de glousser.

“J’adorerais t’entendre crier”, a-t-il répondu, “mais je ne pense pas que tu veuilles faire ça ici. Tu vas déranger le couple qui se trouve à l’intérieur. Oh là là, peut-être pas…”

Incapable de s’arrêter, Kate a regardé. La femme était en train de chevaucher le gars, son corps nu arqué alors qu’elle rebondissait sur sa bite, ses mains agrippant son cul. Ils gémissaient tous les deux et Kate frissonnait d’excitation. C’était tellement mal, mais elle ne pouvait pas s’arrêter.

L’homme derrière elle a baissé la tête, son souffle chaud sur son cou. Elle frissonne à nouveau lorsque son souffle lui chatouille l’oreille et qu’il glousse doucement. “On dirait qu’on s’amuse, hein ?”

Cette fois, Kate s’est éloignée, le corps rougi et tremblant, le souffle court. Elle fit face à l’homme, observant son tee-shirt gris ample avec son voile de sueur couvrant ce qu’elle avait senti être une poitrine solide, son short bleu arborant un bourrelet impressionnant surmontant des jambes fortes. Il était évident qu’il avait aussi emprunté la piste d’exercice. “Je ne te connais pas”, dit-elle.

“Je veux te connaître”, dit-il en souriant, “de toutes les façons dont un homme peut le faire”. Elle recula d’un pas, mais se heurta au demi-mur. Il soupire. “Thierry. Appartement 2340B.”

“Je… je n’aurais pas dû jeter un coup d’œil, mais je pensais que quelqu’un était malade”, dit-elle en levant des mains tremblantes lorsqu’il s’avança.

“Mais tu l’as fait. Et tu as aimé ça.” Sa voix était persuasive. “Je vois que tu es toute mûre et prête”.

“J’ai juste besoin d’avancer.” Elle n’a pas nié ses paroles. Elle sentait encore son cœur palpiter et ses seins lui semblaient si lourds. Elle l’a contourné et est retournée vers l’équipement de push up.

“Tu te sentiras mieux si je t’aide.” Thierry l’avait suivie et s’appuyait à nouveau sur le panneau. “Je sais exactement comment te toucher pour te donner la libération dont tu as besoin”. Sa voix est descendue plus bas et elle a senti un frisson le long de sa colonne vertébrale. Elle était sûre de se sentir mieux, au moins physiquement, mais faire l’amour avec un inconnu, ce n’était pas son truc. Elle décida de l’ignorer et commença à s’étirer, remontant son pied derrière elle.

“Mon, mon, comme j’aime une femme souple…” Il l’observait, fixant ouvertement ses seins alors qu’elle arquait le dos et qu’ils poussaient vers l’avant. Elle jette un coup d’œil autour d’elle pour voir s’il y a quelqu’un d’autre sur le sentier. C’était une partie relativement isolée, juste l’arrière des appartements s’avançant dans les arbres, et personne n’était en vue. Elle changea de jambe, tout en le gardant dans le coin de l’œil.

“Si tu ne me laisses pas t’aider, je crois que je ferais mieux de continuer mes pompes.” Sa voix n’était plus qu’un faible grognement. Elle a fait l’erreur de le regarder et a vu qu’il se caressait à travers son short. Quand il a vu qu’elle regardait, il a fait passer son tee-shirt par-dessus sa tête. Elle a sursauté et il a souri… la tête de sa bite était visible au-dessus de la taille de son short, rouge et luisante. “Je suis un grand garçon, mais j’aime y aller doucement”.

Mon Dieu, il est sexy. Elle n’a pas pu s’empêcher de le fixer alors qu’il se déplaçait vers le banc et s’étirait. Les muscles ondulaient le long de son dos et elle avait l’eau à la bouche. Qu’est-ce qui lui arrive ? D’habitude, elle n’était pas aussi… excitée. Mais elle n’était jamais sortie avec quelqu’un qui ressemblait à Thierry ou qui était aussi à l’aise avec son corps et avec le sexe. De plus, cela faisait presque six mois qu’elle n’avait pas eu de rendez-vous, avec ou sans sexe. Ce ne sont que des hormones normales, se dit-elle. Mais elle ne pouvait pas se forcer à continuer sur le sentier. Elle ne pouvait pas se résoudre à détourner son regard de lui.

Thierry a caché son sourire et a grimpé sur le banc comme l’indiquait le panneau, puis s’est soulevé à l’aide de la barre. “J’adore ce mouvement”, commente-t-il. Il a commencé à pousser, son corps se soulevant et s’abaissant, son érection sortant davantage de son short à chaque coup de reins. “C’est comme le sexe”, a-t-il dit d’une voix rauque. À chaque coup de reins, Kate reprenait son souffle en regardant sa bite pousser et en s’imaginant la sentir s’enfoncer en elle. Son corps bourdonnait d’excitation, sa chatte frémissait et pleurait. Elle n’en pouvait plus. Il fallait qu’elle s’éloigne. Au lieu de cela, elle s’est avancée.

“D’accord.” Elle n’arrivait pas à croire qu’elle l’avait dit. Il a relevé la tête et l’a regardée tout en continuant à pomper. Elle avait tellement chaud qu’elle transpirait rien qu’en restant là à le regarder. Son short était presque complètement sous son érection maintenant et elle déglutit durement lorsque son épaisse tige atteignit presque le banc lorsqu’il baissa son corps. Sa chatte frémissait et avait envie de son attention. “D’accord.”

“Sans blague ?”, sourit-il en se levant. Il savait qu’elle céderait. Il gagnait toujours. Sa bite se dressait, sortant directement de son aine alors qu’il lui faisait face, presque nu. Il grimace à nouveau en voyant ses yeux suivre sa queue. Il lui tendit la main. “Viens ici, ma belle”.

“C’est Kate. 2120D.” Elle n’arrivait pas à croire qu’elle faisait ça, mais elle a pris sa main. Il l’a rapprochée de lui, ses mains se sont approchées de ses seins, pressant et pinçant ses tétons à travers le spandex. Elle a jeté un coup d’œil autour d’elle, espérant que personne ne les voyait, mais elle ne pouvait pas s’empêcher d’avoir envie de ça. Elle a poussé ses seins entre ses mains et il a émis un doux grognement d’approbation.

“Hé, Kate”, a-t-il murmuré, baissant la tête pour lui caresser le cou en l’attirant plus près. Ses mains glissèrent sur ses fesses tandis qu’il pressait ses hanches contre les siennes, sa bite coincée entre elles, palpitant contre son ventre. Elle a frémi et il a glissé ses mains sous le spandex pour caresser ses fesses nues. “J’aime quand mes dames ne portent pas de culotte”.

“C’est pour faire de l’exercice”, a-t-elle chuchoté, pressant une main entre leurs corps pour pouvoir toucher son érection. Il était doux comme du velours et chaud comme le feu et elle enroula ses doigts autour de lui, aimant la sensation de sa tige palpitant contre sa paume. L’une de ses mains a glissé jusqu’à son ventre, s’enfonçant davantage dans son short, jusqu’à ce que ses doigts trouvent ses plis lisses. Il poussa un gémissement étranglé en commençant à caresser les lèvres de sa chatte, enfouissant un doigt pour trouver son clitoris. Elle s’est cambrée et a haleté lorsqu’il a pressé son doigt sur son clito et que sa main s’est resserrée sur sa queue.

“Le sexe est la meilleure forme d’exercice”, a-t-il grogné, ses hanches poussant, sa bite tressautant dans sa main, “Attention, bébé, ou je pourrais exploser et cela ne t’aiderait pas du tout.” Il frotta son clito jusqu’à ce que sa main devienne molle et qu’elle s’appuie sur lui, fondant de plaisir.

Il s’est retiré doucement, l’a retournée et l’a guidée vers le banc. “Agenouille-toi pour moi et tiens la barre”, a-t-il murmuré en passant ses mains sur ses bras. Sa voix était grave, hypnotique, érotique. Elle ferait tout ce qu’il dit. Il lui a soulevé les mains en la rapprochant de son corps, sa bite frottant son cul. Elle a frissonné, mais s’est approchée du banc, s’y est agenouillée et l’a laissé refermer ses doigts sur la barre. Il a retiré son short, nu à l’exception de ses chaussures de course, et a caressé ses mains sur son dos en se déplaçant derrière elle. “Ma douce Kate”, a-t-il murmuré, pressant ses lèvres contre son dos alors qu’il chevauchait le banc derrière elle.

Elle a tremblé lorsqu’il a baissé son short et a déposé des baisers sur sa colonne vertébrale, tandis que ses mains caressaient ses fesses nues. Elle laissa son front reposer sur la barre, les yeux fermés, tandis que le plaisir et la chaleur montaient en elle. Il a légèrement mordu une de ses fesses et elle a gémi. Elle voulait cela. Elle en avait besoin. Peu importe où ils se trouvaient. Tout ce qui comptait, c’était qu’il la touche. Juste qu’il continue à la toucher.

“Tu sens si bon”, dit-il, cette qualité hypnotique retrouvée, “j’ai envie de te dévorer, mais ça devra attendre plus tard”. Elle se contenta d’acquiescer tandis qu’il se penchait sur elle, ses mains caressant ses hanches tandis qu’il frottait son épaisse bite de haut en bas contre la fente de son cul. “Je vais te baiser maintenant, douce Kate”, a-t-il grogné, “je vais te baiser fort et vite jusqu’à ce que tu aies envie de crier de plaisir. Mais tu ne dois pas crier, bébé, ou ils te verront.” Elle a de nouveau hoché la tête et il a souri.

Il a bougé ses hanches et sa tête s’est posée sur sa chatte. Ses pouces ont pressé le creux de son dos et elle s’est cambrée, levant la tête avec un gémissement, son extrémité juste pressée contre elle. “Tu es une si bonne fille”, chantonne-t-il en balançant ses hanches, sans pénétrer. Sa tête taquine sa chatte et il la sent frémir sous ses mains, il sent la glisse de son jus sur sa pointe. “Dis-moi à quel point tu as besoin de ma bite”.

“S’il te plaît…” Sa voix n’était plus qu’une supplique essoufflée.

“Dis-moi à quel point, douce Kate”, a-t-il grogné, “Dis-moi ce que tu veux que je fasse avec ma bite”. Tout son corps aspirait à la libération, mais il s’était appris un contrôle de fer bien avant de savoir ce qu’il fallait faire avec une femme. Ce contrôle lui permettait de tourmenter plus facilement une femme pour qu’elle lui donne tout ce qu’il voulait.

“Baise-moi.” C’était à peine un murmure et elle a de nouveau baissé le front sur le bar.

“Je ne t’ai pas entendue, Kate”, a-t-il murmuré, se penchant sur elle, glissant ses mains vers le haut pour décoller son soutien-gorge, afin de caresser ses seins nus. Sa pointe s’enfonça un peu plus en elle, commençant à étirer ses muscles internes et elle gémit. “Dis-moi Kate.

“Baise-moi.” Plus fort, mais encore trop doux pour aller bien loin. Il a souri et a balancé ses hanches en tirant légèrement sur ses tétons. Sa bite s’est tordue contre sa chatte et elle a frémi, ses jus dégoulinant sur sa tête.

“Baise-moi, s’il te plaît.” Elle l’a haleté alors que son corps frémissait pour être libéré. “Baise-moi, Thierry.”

À ses mots, il a enfoncé sa bite profondément dans son corps. Elle a crié, s’est cambrée, s’est pressée contre lui, alors que sa bite épaisse étirait largement sa chatte. Une autre poussée et un autre cri, résonnant dans la petite clairière autour de l’équipement d’exercice. Oui, gémit-il silencieusement en saisissant ses épaules, enfonçant sa bite dans sa chatte comme un marteau-piqueur, la martelant. Son corps vibrait sous son assaut, ses gémissements se transformant en sanglots alors qu’il la baisait comme un animal.

Thierry plia les genoux et inclina ses hanches pour s’enfoncer dans sa chatte. Elle poussa un cri brisé alors que tout son corps se déchirait. Il aimait ses femmes comme ça… consentantes, avides et lisses. Sa bite a fait des bruits de bave en se dégageant et en s’enfonçant à nouveau profondément. Ses hanches frappent ses fesses. Le parfum musqué de leur sexe les enveloppa et il prit une profonde inspiration de plaisir. Il vivait pour la chasse, le triomphe, et ce complexe d’appartements offrait de nombreuses femmes pour le sport.

“Thierry”, sa voix tremblait alors qu’elle repoussait sa chatte pour répondre à ses coups. Il sentit le frémissement de ses muscles internes autour de sa bite et inclina ses hanches un peu plus. Le nouvel angle l’a mené jusqu’à son cœur et elle a crié quand il a trouvé l’or. Quelques poussées de plus et elle sanglotait, jouissant, son sperme l’enveloppant et se répandant sur ses couilles. Il gémit, la martelant plus fort, plus vite, ses doigts se resserrant sur ses épaules, la tirant vers l’arrière alors même qu’il fonçait vers l’avant. Ses cris vibrèrent dans la clairière tandis qu’il haletait et grognait pour atteindre l’orgasme.

“Oui”, rugit-il, se laissant tomber sur le banc et l’entraînant sur ses genoux, sa bite l’empalant, éructant dans sa chatte avec un flot de sperme brûlant. Elle se tordit sur ses genoux, son poids le coinçant, sa bite enfoncée jusqu’à la garde et giclant dans son cœur. Il laissa son front reposer sur sa nuque lorsqu’il sentit sa queue se vider en elle et qu’elle se relâcha contre lui. Une autre chasse réussie, une autre proie rassasiée.

Dans l’appartement, Janie a fait signe à Bill de s’approcher de la porte coulissante. “Elle a eu la sienne”, dit Janie en souriant, désignant la femme vautrée sur les genoux de l’homme, sa bite rouge visiblement enfouie dans sa chatte. Bill a glissé ses bras autour de la taille de la jeune femme et lui a caressé l’épaule. Sa bite était déjà prête à nouveau et elle se pressait, dure et chaude, contre son derrière.

“Nous devrions peut-être les inviter à entrer”, a-t-il murmuré en lui mordillant le cou, “Faites-nous une fête dans une seule pièce cette fois-ci”. Sa main a glissé jusqu’à son sein nu et a tiré sur son mamelon.

“Tu veux juste nous baiser tous les deux”, gémit Janie, laissant Bill la guider vers le canapé, “ou que l’un d’entre nous prenne deux bites”.

“Ce n’est pas vraiment une orgie tant que tout le monde ne se touche pas”, répondit-il en la pressant sur les coussins….